[Severe head trauma: good practices in 2009, before and during surgery].

Abstract

Les traumatismes crâniens graves (TCG) continuent de représenter une cause importante de morbi-mortalité chez l’enfant. Ils nécessitent une prise en charge la plus précoce possible. Elle repose essentiellement sur des principes de réanimation dont l’objectif est la prévention et le traitement des principales agressions cérébrales secondaires d’origine systémique (ACSOS). L’hypotension artérielle et l’hypoxie sont les principales ACSOS. L’hypotension entraı̂ne une chute de la pression de perfusion cérébrale (PPC) et une augmentation de la morbi-mortalité. Environ 20 % de ces patients vont nécessiter une intervention chirurgicale en urgence, le plus souvent en rapport avec une lésion extracrânienne et dans 10 % des cas pour évacuer un hématome intracrânien. L’anesthésiste en charge de l’enfant TCG joue un rôle central lors de la période périopératoire. En préopératoire, il doit réaliser un examen neurologique aussi précis que possible, qui servira de référence pour les évaluations futures. En cas d’urgence vitale immédiate, celui-ci repose sur la détermination du score de Glasgow pédiatrique (GCS), l’évaluation du diamètre des pupilles et de leur réactivité, et sur l’examen des réflexes du tronc cérébral. Comparativement aux adultes, les enfants sont à risque accru d’hypertension intrâcranienne (HIC) et d’engagement cérébral. Par ailleurs, de nombreuses pathologies cérébrales, dont le TCG peuvent altérer l’autorégulation vasculaire cérébrale, ce

DOI: 10.1016/j.annfar.2009.06.009

Cite this paper

@article{Orliaguet2009SevereHT, title={[Severe head trauma: good practices in 2009, before and during surgery].}, author={Gilles A. Orliaguet and V{\'e}ronique Guellec}, journal={Annales françaises d'anesthèsie et de rèanimation}, year={2009}, volume={28 7-8}, pages={688-9} }