[Selection of empirical antibiotic therapy in skin infections with complications].

Abstract

sur des infections variées, telles des abcès, des brûlures ou des infections de pied diabétique. Une autre limite à l’interprétation des résultats de ces études réside dans le terme anglais « cellulitis », diffi cilement traduisible en Français car regroupant des entités cliniques allant de l’infl ammation cutané au pourtour d’un ulcère à la dermo-hypodermite. Concernant les données microbiologiques des infections incluses dans ces études, leur validité peut être discutée. En effet, la plupart des prélèvements réalisés sont des prélèvements cutanés superfi ciels, pour lesquels il n’est pas possible de discerner un germe colonisant la peau d’un germe responsable de l’infection. Ainsi, dans l’érysipèle, infection due au streptocoque A dans la majorité des cas, ce dernier n’est qu’exceptionnellement mis en évidence. En revanche, le prélèvement d’un ulcère, potentielle porte d’entrée de l’érysipèle, peut retrouver Pseudomonas aeruginosa ou Staphylococcus aureus sans que la présence de ces bactéries ne présume de son caractère pathogène. Une autre limite pointée par la méta-analyse tient à la multiplicité et à la variété des comparateurs utilisés. Enfi n, l’évaluation du critère de jugement principal, qui est un critère clinique, peut être sujette à caution : ainsi, cette évaluation se faisait en aveugle dans seulement 10 études sur 17. De surcroît, les résultats de cette méta-analyse (Fig. 4) montrent le plus souvent la non-infériorité des molécules testées par rapport au comparateur, mais pas leur supériorité. Seules 3 études montrent une différence signifi cative du taux de guérison : 2 en faveur de la molécule testée, 1 en faveur du comparateur. L’ensemble de ces données invite à la prudence et à la vigilance dans l’interprétation des essais cliniques portant sur les « infections compliquées de la peau et des tissus mous ». En effet, elles regroupent des patients qui peuvent être atteints d’infections très différentes : de l’abcès cutané qui est guéri par le drainage chirurgical et ne nécessiterait probablement pas une antibiothérapie [2] à la dermo-hypodermite aiguë nécrosante 3. Choix d’une antibiothérapie empirique dans les infections cutanées compliquées O. Chosidow Service de Dermatologie, Hôpital Henri-Mondor, 51 avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny, 94010 Créteil cedex, France

DOI: 10.1016/S0399-077X(11)70003-8

1 Figure or Table

Cite this paper

@article{Chosidow2011SelectionOE, title={[Selection of empirical antibiotic therapy in skin infections with complications].}, author={Olivier Chosidow}, journal={Médecine et maladies infectieuses}, year={2011}, volume={41 1 Suppl 1}, pages={H4-5} }